Vermine – Jeu de Rôle

 

Le terme "vermine" regroupe de nombreuses espèces différentes, comme les insectes, les arachnides, mais aussi des rongeurs comme les rats ou des prédateurs comme les loups. Toutes ces formes de vie, devenues plus hostiles, agressives et dangereuses qu’elles ne l’étaient, sont regroupées sous le terme unique de vermines – véritables anticorps générés par Gaïa pour se débarrasser de la lèpre humaine qui la défigurait. Vermine est donc un jeu "post-apocalyptique" sans Apocalypse, au propos ouvertement écologique.

Les joueurs incarnent des humains de 2037, en sécurité précaire face à une nature redevenue sauvage et à nouveau maîtresse du territoire. La civilisation humaine n’existe plus qu’au travers de vestiges en ruines et de restes technologiques tombant en déliquescence. Cette nouvelle humanité est divisée entre trois tendances, trois types de groupe :
– les survivalistes qui tentent de vivre jour après jour, formant de petites communautés nomades ou grégaires farouchement accrochées à leur mode de vie ;
– les humanistes, dont le but est de revenir au niveau technologie et au mode de vie d’antan : leur idéal est celui d’une Terre à nouveau urbanisée et industrialisée ;
– les adaptés, enfin, ont compris que pour survivre, il fallait changer : qu’ils voient la vermine comme un modèle à atteindre ou à abattre, ils ont choisi d’évoluer. Dans quelle mesure les plus avancés sur ce chemin sont-ils encore humains ?
En marge de ces grandes tendances, on trouve quelques extrêmes, fanatiques, marginaux ou mystiques.

 


Si Vermine ne possède aucun côté fantastique, la dimension spirituelle est présente avec une nouvelle forme de mysticisme, le chamanisme, organisée autour de Gaïa. Loin d’être un culte organisé autour de la personnification de la Terre, le chamanisme dans Vermine est une forme de reconnaissance de la nature sous tous ses aspects. Ceux-ci sont connus sous le nom de Totems, et on en distingue huit : le Prédateur, le Charognard, le Parasite, le Symbiote, le Bâtisseur, la Horde, le Solitaire et la Ruche.

Ils peuvent se manifester autant dans les cultures humaines que chez la vermine, et leur influence se fait notamment sentir à travers le développement de l’univers de Vermine. Les joueurs peuvent participer à celui-ci, même si leurs personnages ne sont pas en mesure de l’influencer, en votant la résolution qu’ils préfèrent à des problématiques proposées par le MJ. Ainsi, à la fin d’une aventure le MJ peut proposer deux développements possibles d’une situation. Le résultat fera varier les scores en Influence des factions de Vermine et, sur le long terme, provoquera de profonds changements au sein de l’univers du jeu.

 

La caractérisation du personnage se fait au moyen des Domaines, des Caractéristiques, des Spécialités. Ceux-ci sont notés en D10, de 1 à 5. Pour réussir une action, un joueur lance un nombre de dés correspondant à sa caractéristique, les additionnant pour atteindre ou dépasser le nombre fixé par le MJ en fonction de la difficulté. La connaissance d’une compétence appropriée, appelée Spécialité, permet d’obtenir un bonus en terme de dés.

Les caractéristiques, au nombre de 12, sont classées en 4 domaines : Physique, Manuel, Mental et Social. Des réserves de dés permettent de simuler la façon dont un personnage puise dans son mental ou son physique pour se dépasser. Le jeu met ainsi clairement l’emphase sur les capacités innées du personnage. Acquérir des connaissances est un processus long et fastidieux au terme duquel de nombreux personnages ne parviennent pas.

L’une des originalités de Vermine est que le MJ est, comme de nombreux personnages de jeu de rôles, lui aussi tributaire d’un système de niveau. A la fin de chaque scénario, les joueurs attribuent par vote des points au MJ en fonction de différents critères : ambiance, interprétation, implication… Certains PNJ ou lieux de Vermine possèdent un niveau minimum que le MJ doit posséder en expérience pour avoir le droit de les mettre en scène.

Le site officiel

Urinoir portable pour camionneur

Urinoir portable pour camionneurLe Pit Stop est un urinoir portable conçu afin de soulager les camionneurs sur la route qui ont une envie soudaine et ne peuvent s’arrêter pour le moment.

Comme l’indique l’image sur leur site, un gallon d’huile n’est pas un très bon urinoir.

Le Pit Stop est assez simple. Vous avez un réservoir de 1.25 litres attaché à un tuyau de 5 pieds, lui même attaché à un urinoir. L’urinoir a une pognée et peut donc être manié pour, disons, rendre le processus plus facile.

Comme tout bon urinoir, il y a un produit réduisant les odeurs nauséabondes à l’intérieur.

$59,95

Locataires




Avis : Un surprise. Un film beau et sincère. Un film où les gestes tiennent le rôle des mots. Un film empli de poesie, de douceur… Kim Ki-Duk sait créer de la magie sur la pellicule. Il sais capter toutes la beauté d’un decors, d’une rencontre, d’un moment. Le genre de film qui redonne un vrai sens au mot Cinema. Les mots ne seront jamais suffisant pour convaincre les plus sceptiques d’entre vous, d’inspirer cette grande boufée d’air frais aux senteurs de jasmin et de lotus…

Ma note : 8/10